Chronique d’une startup en confinement : semaine 3

Cover

Chronique d’une startup en confinement : semaine 3

Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on reddit
Share on pocket
Share on email

Après une première semaine pleine d’insouciance et d’envies soudaines de “jogging” et une deuxième où toute la France se découvrait des talents de cuisinier, cette troisième semaine de confinement en voit certains perdre la notion du temps. Si vous aussi avez l’impression que nous sommes enfermés depuis des mois et avez répondu mardi à un collègue : “ah mais je croyais qu’on était jeudi”, pas de panique, ça nous arrive aussi chez Saagie. 

Lundi 30 mars : #Jour12

“Le lundi au soleil”, c’est une chose qu’on a mais dont on ne peut pas profiter. Sauf Florence, qui a décidé de mettre à profit son séjour à la campagne pour se lancer dans le bricolage. Visiblement résidente d’un château dont elle rénove l’entrée du donjon, elle nous montre donc, non sans fierté, les premiers résultats de son dur labeur.

Quizz du jour : saurez-vous trouver sur quelle moitié de porte elle a passé le plus clair de son week-end ?

Preuve en tous cas que le lundi n’est pas le jour le plus animé chez Saagie. Ce premier jour de la semaine conserve donc sa mauvaise réputation, même en télétravail.

Conseil du jour : si vos pauses commencent à tourner en rond après avoir passé en revue les sujets Covid, Top Chef, Koh Lanta et Netflix, optez pour les jeux en ligne type Pictionnary.

Si notre CEO lit cet article, ce type de jeu n’est pas utilisé chez Saagie, les équipes n’éprouvant pas le besoin de faire de pause. 

Porte Flo

Mardi 31 mars : #Jour13

piano Baptiste

Jour du weekly chez Saagie. Pour la première fois depuis le début du confinement, ce call hebdomadaire retrouve son format habituel. Chaque équipe a pu partager son état d’esprit et ses actions, et on a pu retrouver un semblant de normalité.

Le début de semaine étant définitivement calme, on est allé prendre des nouvelles de notre musicien en herbe. Si vous nous suivez depuis le début du confinement, vous connaissez déjà Baptiste qui nous avait présenté son installation la première semaine (manette de console et verre de bière en moins), et sa flûte à bec la seconde.

Et bien, alors qu’une série d’articles « les aventures de Baptiste le Flûtiste » allait voir le jour, la nouvelle est tombée : Baptiste a délaissé son instrument de prédilection et a acheté un piano. Mauvaise nouvelle : les amateurs de flûte vont devoir trouver une alternative. Bonne nouvelle « les aventures de Baptiste le pianiste » sonne tout aussi bien. Tout cela pour dire que, faute de meilleur divertissement, nous donnerons plus d’infos sur sa progression dans les prochains épisodes.

Mercredi 1er avril : #Jour14

Pour ceux dont la visite de notre site n’est pas une première, vous connaissez sûrement notre service de “chat” qui vous permet de poser vos questions en live. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que c’est Jeanne qui se cache derrière. On profite donc de l’accalmie du milieu de semaine pour vous donner les conseils d’un échange réussi en analysant avec elle les pépites qu’elle a pu recevoir depuis le début du confinement.

Malgré la date, on vous assure que tout ce que vous lirez n’est pas un poisson d’avril.

Commencez par un simple “Bonjour”

Pour commencer, il est important de clarifier même si on vient de le faire, que cet outil n’est pas un chatbot. Vous pouvez essayer de lui parler dès maintenant (en la saluant d’abord), car Jeanne est bel et bien réelle !

screen robot

Ne soyez pas fermé à la discussion

Si vous vivez une journée difficile, ne vous en prenez pas à Jeanne pour autant… Elle essaie avant tout de vous aider.

screen non.

Ne rechignez pas pour autant à être direct

On le sait, les journées sont longues, mais faire durer le suspense n’aide personne. Une fois que avez l’attention de Jeanne, sachez qu’elle sait se montrer très réactive. Lancez-vous !

screen Baptiste

Créez du lien

Vous vous sentez seul ? On comprend. Partagez vos craintes avec Jeanne, on lui a demandé, ça ne la dérange pas.

screen confinement

Formulez une demande claire et précise

Soyez explicite, car on s’est posé de nombreuses questions et Jeanne a relancé, mais on n’est toujours pas sur de comprendre la requête.

screen article

Jeudi 2 avril : #Jour15

D’habitude le jeudi, on vous parle de la soirée jeux de société de la veille. Mais la “remote Party” était cette semaine décalée au jeudi. Notre théorie par rapport à ce changement de programme : la concurrence de Top Chef était trop forte le mercredi. Du coup on triche un peu pour cette fois avec un débrief en avance.

Comme les semaines précédentes, la soirée jeux a rassemblé plus d’une dizaine de personnes. Au programme de cette dernière, Overwatch et Wolfy (le Loup Garou en ligne pour les puristes). Apéro, discussions et jeux, même si tout le monde ne trouve pas le temps d’y participer, l’événement reste tout de même une grande réussite de ce confinement.

soirée jeux
remoteparty3

Vendredi 3 avril : #Jour16

Chose promise, chose due, on donne la parole aux parents. On a juste préféré le faire après deux semaines afin d’avoir le vrai ressenti d’un père de deux enfants en bas âge dans ce contexte, et pas le témoignage heureux des premiers jours. C’est parti avec Dominique, fier papa de deux bambins d’1 et 4 ans, qui nous retrace sa journée type :

Dominique

Tout commence par ce que j’appelle le “Miracle Morning”, quand les enfants débarquent dans la chambre et vous sautent dessus dans le lit dès 7h du matin

Dominique

On suspecte une touche marquée d’ironie et un premier mensonge, le plus jeune de ses enfants venant de fêter son premier anniversaire. Mais passons…

Ensuite, on enchaîne sur le biberon et les petits déjeuners de tout le monde, puis éventuellement sur les douches, le “éventuellement” ne s’appliquant qu’aux enfants. Il faut alors trouver des activités à faire faire au plus grand, car l’idée est d’éviter de le planter devant la télé. Donc à ce moment ça se complique puisqu’on doit à la fois occuper le grand, tout en gardant un oeil sur le plus petit qui demande plus d’attention. Donc on alterne toute la journée pour pouvoir travailler à peu près normalement. Puis vient l’heure du midi. On opte pour des plats rapides pour ne pas manger trop tard et se permettre de souffler un peu avant de reprendre le boulot et les activités.

Domi

Rien à dire ici, ça semble cohérent. Et l’après-midi alors ?

Après le dej, c’est le moment de la sieste pour les enfants. Pour le petit c’est assez facile, mais pour le grand c’est autre chose. Avec lui c’est une heure de négociations, généralement perdues. Ce qui est bien c’est qu’en tant que commercial, ça me permet de tester de nouvelles techniques et approches… qui ne marchent pas. Donc ça se termine généralement en film devant la télé car, vers 14h, on a souvent des réunions en même temps avec la maman. Puis il faut alors trouver d’autres activités avant de sortir les enfants entre 16h et 17h. Le soir, on dîne tous ensemble et la journée des parents commence réellement quand les enfants sont couchés.

Dom

Oui, quand vous optez pour une balade en famille, Dominique, lui, “sort ses enfant”. Mais alors, comment est la vie de confinement avec deux petits ?

La principale différence c’est de s’organiser pour donner de l’attention aux enfants tout en parvenant à travailler. On se marche un peu sur les pieds donc tout n’est pas rose, mais on noue des relations différentes. Maintenant qu’on a trouvé un équilibre, on est content d’être tous ensemble à la maison.

D

Bonus : nos premiers bilans du confinement

En bonus et chaque semaine on vous proposera nos premières conclusions de ce confinement. Pêle-mêle (et on finira là-dessus) :

  • Les réunions de moins de 20 min, c’est possible
  • Plus on dort, plus on est fatigué
  • Les chaises qu’on a au bureau sont super confortables
  • On mange beaucoup, mais alors beaucoup de pain
  • On travaille aussi bien en pyjama qu’en chemise
  • Les enfants sont attirés par les webcams
  • Tout compte fait, on mange beaucoup tout court
  • Se rendre au boulot c’est chiant, mais ne pas pouvoir y aller, c’est pire.