Chronique d’une startup en confinement : semaine 4

Cover

Chronique d’une startup en confinement : semaine 4

Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on reddit
Share on pocket
Share on email

Il fallait bien un épisode mélancolique, on l’a trouvé ! Bon, on reste positif mais on va pas se le cacher, ça devient compliqué. Le confinement d’abord, l’isolement parfois, l’ennui de temps en temps, mais aussi l’écriture de cette chronique. On a beau avoir une super équipe, les journées sont de plus en plus calmes. Alors on fait un peu plus court pour éviter de faire redondant, et en attendant que les collègues redoublent de créativité la semaine prochaine.

Lundi 6 avril : #Jour17

Tout avait pourtant bien commencé. Déjà, il pleuvait. Et qui dit pluie dit : pas un parisien dehors, pas d’envie de prendre l’air, pas de frustration face au jardin des voisins qui font leur troisième barbecue de la semaine. On avait qu’une envie : rester au chaud chez soi.

Et c’est tant mieux car le premier lundi du mois chez Saagie, c’est le weekly avec les Etats-Unis. Oui car le weekly c’est le mardi, mais celui-ci est en fait un monthly, mais dans lequel on se raconte notre semaine en anglais. Sur le papier ça semble insensé mais dans la pratique, c’est assez logique. L’occasion de prendre des nouvelles outre-Atlantique de nos voisins qui découvrent à leur tour le confinement.

Mardi 7 avril : #Jour18

Puisque vous avez suivi jusqu’ici, vous vous doutez que c’était un mardi sans weekly. Et le weekly ayant été la principale animation du lundi, vous pensez bien que c’était pas un mardi de folie. Quelques informations (deux en fait) à retenir tout de même :

  • il va falloir arrêter de parler de recettes et de nourriture en général, les pauses commencent à ressembler aux discussions des aventuriers de Koh Lanta qui décrivent les plats dont ils rêvent après 10 jours de manioc et de riz pas cuit.
  • après un sondage réalisé auprès de trois personnes (dont l’auteure de cet article), il semblerait que la manière la plus logique de prendre son petit-déjeuner consiste à mettre les céréales avant le lait (large victoire 2 contre 1). Ainsi le dosage en céréales peut être optimal et on peut se resservir sans problème de conscience en utilisant la phrase “mais c’est pour finir le lait”.

Fait intéressant : les personnes qui mettent le lait avant les céréales semblent aussi être celles qui rincent leur brosse à dent après y avoir mis le dentifrice, au risque de le voir s’échapper dans le lavabo. Il y aurait donc une certaine cohérence dans ces étranges choix de vie. 

Mercredi 8 avril : #Jour19

Quand on disait dans nos publications sur les réseaux sociaux que Saagie réunissait les meilleurs talents, on ne vous mentait pas. Après avoir mis en avant les compétences musicales de Baptiste, un autre flûtiste visiblement jaloux s’est manifesté.

Après une brève présentation de son instrument (sans mauvais jeu de mot, on est à la maison mais on reste au boulot quand même), Bilal a donc fait une démonstration de sa flûte à coulisse, aussi appelée “jazzo-flûte” (pas par Bilal). Sur un répertoire moins classique que son homologue (Harry Potter, Jurassic Park, la Reine des Neiges…), il a réussi à nous convaincre qu’il devrait, lui aussi, songer à se mettre au piano.

Bref, mercredi on a hésité à lancer un concours de flûte, on attend de voir si la demande existe en interne.

Jeudi 9 avril : #Jour20

Jeudi on est allé prendre des nouvelles de Jeanne pour vérifier qu’elle n’était pas harcelée suite à l’épisode de la semaine dernière sur le “chat” du site Saagie. Si elle continue d’aider des étudiants à réaliser leur exposé sur les data scientists et à traduire des devoirs sur les lucioles, elle n’en est pas plus gênée pour autant. Certains de ses interlocuteurs n’ont tout de même pas lu l’article puisque les règles de bienséance évoquées ne sont encore pas toujours respectées à la lettre, malgré un soupçon de politesse.

Pour le reste, la soirée jeux n’ayant pas lieu cette semaine, on a été un peu pris au dépourvu.

intercom ex

Vendredi 10 avril : #Jour21

Pour ne pas vous mentir, on était un peu à court d’idée vendredi. Mais le beau temps ayant donné des idées à certains, Jeoffrey s’est offert de vous présenter son installation. Découvrez donc en avant première la collection été d’un bureau qui sent bon la nature.

Il y a presque trop de choses à dire. Déjà, on sent que le setup a été réfléchi : zone ombragée, multiprise à bonne portée, veste à côté en cas de besoin ; on valide. Petit oubli tout de même : le coussin. Ceux qui travaillent en short savent de quoi ces chaises striées sont capables.

Pour le choix de l’équipement, on sent par l’écran très “90s” et le tapis de souris qui fait la promotion du viaduc de Millau qu’il s’agit d’un choix par défaut, mais tout y est.

Enfin, le choix du décor est très réussi avec le soleil, le parasol, la verdure, la véranda accueillante… Mention spéciale au potiron qui fait son petit effet.

setup jeoffrey

Ayant décrit les remote cafés, les idées de pause, les réunions zoom et les soirées durant la chronique, on sent qu’on commence un peu à tourner en rond. Mais puisqu’on est pas au bout de nos surprises et qu’on continue à en apprendre chaque jour, on finit à nouveau sur les bilans du confinement :

Ne pas utiliser sa carte bleue pendant 3 semaines, c’est possible !

Julien - visiblement peu dépensier

Le midi, si tu manges en 15mn, tu peux faire une sieste de 45mn

Sophie - la p'tite maligne de la bande

Tu peux remplacer ton trajet quotidien par un tour de tracteur tondeuse en fin de journée

Victor - visiblement duc d'un domaine normand

Le remote par choix c'est bien, le remote forcé c'est pas ouf

Raphaël - remote par choix d'habitude, mais forcé actuellement

Si tu commences à travailler à 5h, tu peux finir à 12h30

Bilal - qu'on a toujours pas vu finir à 12h30