Chronique d’une startup en confinement : semaine 6

Cover

Chronique d’une startup en confinement : semaine 6

Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on reddit
Share on pocket
Share on email

On se retrouve déjà pour une sixième semaine ! Alors qu’on se prépare tout doucement à un retour à la normale, on garde la routine mise en place chez Saagie. Cette semaine on relance les activités pour s’occuper comme on peut et retrouver une ambiance “open space” en attendant de pouvoir revoir les collègues.

Lundi 20 avril : #Jour25

Lundi, on a enfin réussi à trouver un créneau* pour tester le blind test en remote ! En tant qu’auteure de la chronique et unique adversaire de Bilal, je peux donc annoncer une large victoire de ma part, Bilal n’ayant (a priori même s’il faut que je vérifie) pas les droits nécessaires pour modifier cet article, tout comme notre arbitre Raphaël.

Puisque l’expérience a été une réussite malgré quelques couacs, nous partageons nos erreurs et donc, nos best practices. Il vous faudra :

  • un Zoom ou tout autre outil de visioconférence. On pense qu’il existe des applications dédiées mais on n’a pas pris le temps d’aller vérifier.
  • un haut débit. Pour des raisons d’équité, le plan était que l’arbitre, Raphaël, diffuse la playlist. Pour des raisons d’ADSL, cela n’a pas été possible. Bilal a donc dû le remplacer au pied levé et il est donc possible qu’un délai de latence se soit fait sentir du côté de son adversaire, qui a honorablement décidé de ne pas s’en plaindre.
  • une playlist inconnue des participants. Que ce soit sur des chansons, des musiques de films ou des génériques de série, il est primordial que la sélection reste un secret pour les participants. De notre côté, on avait opté pour la choisir ensemble et juré de ne pas aller la consulter, ce qui a visiblement été respecté vu notre incapacité à reconnaître un grand nombre de morceaux.
  • des gens de mauvaise foi. On n’y pense pas assez, mais un blind test n’est vraiment réussi que s’il y a à la fin de la partie des frustrations, des accusations de tricherie, des remises en question du classement et des plaintes concernant l’organisation ou l’équipement. Veillez donc à ne pas inviter ceux dont le slogan est “l’important, c’est de participer”.

*le temps personnel n’étant pas ce qu’il manque en période de confinement, ce créneau a donc bien entendu été pris en dehors des horaires de travail.

Mardi 21 avril : #Jour26

Mardi, c’est le weekly ! Mais le mardi, c’est aussi l’occasion de présenter un nouveau setup, le weekly n’étant pas un sujet suffisant puisque déjà traité à cinq reprises durant les cinq premières semaines.

Ne réajustez pas la luminosité de votre écran, on commence bel et bien par le setup “sombre” de Kevin (rappel : l’abus d’écrans est dangereux pour la santé). Informations importantes :

  • Kevin n’est pas un vampire. Il lui arrive même de prendre des bains de soleil, comme vous pourrez le constater plus tard.
  • nous ne savons pas si Kevin utilise et a réellement besoin de tous ces écrans ou s’il se la pète juste un peu.
  • le clavier est beaucoup trop à gauche, ce qui indique qu’il s’agit d’une mise en scène ou pire, que Kevin a de sérieux problèmes de torticolis.
  • vous avez tout à fait raison, il manque un écran en haut à droite de l’image, ce qui créé un véritable déséquilibre esthétique.
setup Kevin

Mercredi 22 avril : #Jour27

Mercredi, c’est le jour des enfants ! Bon, en confinement, chaque jour est un peu le jour des enfants mais on ne va pas leur accorder toute la chronique non plus.

légos

Saurez-vous trouver le point commun de ces trois photos ? Si vous pensez que c’est que Ghislain, Sophie et Julien sont malins, c’est une bonne réponse et sûrement une indication que vous aussi avez trouvé l’astuce. Si vous pensiez qu’occuper les enfants et ranger la maison étaient deux actions incompatibles, testez le “tri de légos”. Vos bambins se fatigueront avant même de pouvoir construire la moindre maison, et vos pieds vous en remercieront quand marcher sur une pièce ne sera qu’un lointain souvenir.

Sinon, on a aussi testé la fête d’anniversaire surprise en remote. C’est un échec. En effet, le fait qu’une personne soit généralement en charge d’amener l’invité d’honneur à l’endroit de la “surpriiiiiiise” est indispensable. Sans personne pour forcer Aurélie à se joindre à la fausse réunion montée de toute pièce pour l’occasion, elle n’a tout simplement pas daigné se joindre au Zoom avant qu’on finisse par vendre la mèche.

Jeudi 23 avril : #Jour28

Jeudi, c’est la Remote Party ! Sans plus attendre…

Remote party

Au programme de cette soirée il y avait :

  • un apéro. Ne réajustez toujours pas votre écran, ceci est la véritable couleur de peau de Kevin (le monsieur tout rouge en haut à gauche). On suppose donc vu son setup qu’il travaille la nuit et dort le jour, en plein soleil.
  • un karaoké (warbly.fun). Et à la version The Voice de Saagie, les candidats à suivre sont sans surprise Charlotte, Miriam et Bilal !
  • un “loup garou” (Wolfy). On y a appris qu’en plus de perdre au blind test, Bilal est régulièrement la première victime du jeu. Julien, malgré sa tête d’ange et sa rhétorique impressionnante illustrée par son célèbre “me tuez pas, je suis un gentil”, n’est pas non plus épargné.

En plus de nos conseils de la semaine dernière, voilà qui devrait vous permettre vous aussi de débuter les soirées jeux en remote.

Vendredi 24 avril : #Jour29

Vendredi, c’est toujours compliqué. On pense au week-end, on veut faire avancer les sujets pour commencer une nouvelle semaine sereinement et surtout, il faut écrire la chronique qu’on fait traîner depuis lundi. Alors on conclut une nouvelle fois par les bilans du confinement :

Le confinement c'est pas cool, et sans électricité c'est pire

victime anonyme d'un orage

Quand le voisin le plus proche est à 50m, on se sent bien seul à taper dans sa casserole à 20h

propriétaire d'un grand terrain

Avec tout le temps qu'on a, on a plus d'excuse pour ne pas se mettre au sport

nouveau sportif du dimanche

On va être en télétravail toute notre vie, plus besoin de se laver

personne qui on l'espère, vit seule