Nous étions au Kick Off Techs.Rocks !

Cover

Nous étions au Kick Off Techs.Rocks !

Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on reddit
Share on pocket
Share on email

Nous étions hier au Palais des Congrès dans le cadre des Microsoft experiences’ 2017 et avons donc assisté tôt dans la matinée au Kick Off de Techs.Rocks, initiative née d’un échange entre Francis Nappez (cofondateur et CTO de BlaBlaCar), Nicolas Silberman (ex CTO de Mediapart/20 Minutes) et Cyril Pierre de Geyer (créateur de l’Executive MBA Epitech). Selon Cyril Pierre de Geyer, il s’agit « d’avoir un espace où les CTOs peuvent échanger ». Et ça tombe bien, des CTOs, la salle en est remplie. A la manière des rassemblements de CEOs, Techs.Rocks veut organiser de plus en plus d’évènements entre leaders Tech où ils pourront partager leur expérience et apprendre de celle des autres. C’est d’ailleurs Youen Chene, notre CTO, et Francis Nappez qui débutent en abordant le « dynamisme des start-up et l’utilisation de l’esprit Agile & Kanban » pour l’un et « les grandes étapes qui lui ont permis de passer de 0 à 50 millions d’utilisateurs » pour l’autre.

Présentation de Youen Chene, CTO chez Saagie

Pour bien commencer, Youen se charge dès le départ de détendre l’atmosphère. Il débute par illustrer la réussite technique par l’invasion de l’Asie par les mongoles. Si dans la salle les regards semblent rieurs, l’illustration prend rapidement tout son sens. Car selon lui, si les startups comme Saagie qui font face à de grands noms comme Oracle ou SAP veulent rivaliser, il faut « faire la différence en étant agile et en accordant une attention particulière aux clients ». L’avantage des jeunes entreprises est qu’elles peuvent se fixer un objectif clair et ne pas passer par quatre chemins pour le mettre en production. Dans les grands groupes au contraire, les longues chaînes décisionnelles ralentissent le processus. Alors, pour survivre dans ce milieu, il faut une organisation efficace.

Pour cela, il faut créer « de petites équipes autonomes aux missions spécifiques », comme l’avaient fait les mongoles il y a si longtemps. Il préconise aussi d’agir le plus possible en disant à ses équipes « ne demandez pas la permission, faîtes quitte à demander pardon si c’était une erreur ». Ils doivent « laisser parler leur art » car comme il est écrit juste derrière lui à ce moment : « better done than perfect ». C’est ce que Saagie a fait : proposer à ses débuts une plateforme qui n’était pas parfaite et ne comptait que quelques fonctionnalités. C’est ce que recherchait le premier client qui a pu, grâce aux fonds engagés, participer à l’ajout de nouvelles fonctionnalités qui ont peu à peu fait de la plateforme ce qu’elle est aujourd’hui. La réussite se trouve donc dans de petites équipes autonomes mais coordonnées par le CTO pour s’aligner sur la vision produit de Saagie.

Francis Nappez, cofondateur et CTO de BlaBlaCar

Dès les premiers mots du CTO de l’application de covoiturage, les similitudes de discours sont présentes. Les entreprises sont très différentes en terme de maturité et pourtant, les cohérences de parcours se multiplient. Le cofondateur de BlaBlaCar raconte qu’il a lui aussi débuté en écrivant des codes tout en se transformant salesman afin de vendre le produit. Il rejoint aussi Youen sur l’importance de mettre en place de petites équipes autonomes mais précise qu’il faut tout de même « définir les rôles et comment ils interagissent ». Selon lui, donner des valeurs qui serviront de repères aux équipes est primordial afin que toutes s’alignent sur le même discours.

Francis Nappez s’attarde ensuite sur la gestion de l’humain à travers les différentes phases dans laquelle se trouvait l’entreprise. La première était de construire, puis vient celle du recrutement. Plus il y a de monde, plus la tâche devient difficile. Son statut a changé à ce moment puisqu’il a du se convertir en leader. On passe alors de « capacité à coder à capacité gérer de l’humain ». Il faut alors apprendre à déléguer à plusieurs personnes tout en veillant à ce que tout le monde aille dans le même sens. Les estimations seront aussi l’un des points sur lequels les deux CTOs seront sur la même ligne, puisqu’elles ne font pas avancer les choses selon les deux hommes qui préfèrent visiblement l’action, même si elle peut amener à des erreurs, au fait de ne rien faire du tout.

Les « Questions / Réponses » ont ensuite conclu l’événement avant que les leaders tech aient l’opportunité de se rencontrer et d’échanger. Même si les deux intervenants ne partagent ni un secteur d’activité commun, ni la même maturité d’entreprise, ils ont cependant le même vision des choses en terme de management. Outre les aspects techniques abordés, les CTO ont beaucoup pu apprendre des hiérarchies à mettre en place et de la gestion de l’aspect humain. Si vous êtes vous-même CTO et voulez partager votre expérience, apprendre et échanger avec vos pairs, rendez-vous sur le site Techs.Rocks