Réinventer les métiers de l’immobilier par la data

data immobilier foncia

Réinventer les métiers de l’immobilier par la data

Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on reddit
Share on pocket
Share on email

Pour ce nouvel édito, nous sommes partis à la rencontre de Florent Seine, CDO chez Foncia ! 

Foncia est leader européen des services résidentiels, 1er syndic et 1er loueur de France, l’ambition de l’entreprise est d’être reconnue pour sa qualité de service et pour le développement de services innovants.

L’activité principale, l’administration de biens, se décline en deux métiers, la gestion de copropriétés (métier de syndic) et la gestion locative où les clients sont à la fois des propriétaires-bailleurs qui souhaitent mettre leur bien en location (Foncia intervient donc sur la mise en location et la gestion courante de ces biens) et les locataires pour lesquels  Foncia créer l’interface avec leurs propriétaires. 

Avec 500 agences réparties dans toute la France, Foncia est présente au plus près des Français sur tout le territoire.

Pourriez-vous expliquer votre mission chez Foncia ?

L’ambition de Philippe Salle à son arrivée à la présidence du groupe en 2017, était de transformer une société à l’histoire riche et aux fondamentaux solides en une entreprise technologique centrée sur ses clients. 

Il a eu la volonté de moderniser les métiers de l’administration de biens, en commençant par digitaliser l’ensemble de nos activités. Dès lors, un nouveau PGI (progiciel de gestion intégré ou ERP en anglais) a été créé chez Foncia. Cet ERP a été totalement créé et conçu par la Direction de l’Innovation de Foncia et est en cours de déploiement au niveau national. C’est là une vraie opportunité de centraliser les données et de les rendre plus accessibles, permettant de les exploiter au maximum.

C’est dans ce contexte que je suis arrivé chez Foncia en novembre 2020 en tant que Chief Data Officer, à un moment charnière où le déploiement de cet ERP nous ouvre la voie vers la valorisation des données de l’entreprise grâce à la centralisation et la meilleure qualité de celles-ci.

 J’ai intégré la société sur une création de poste : avant la création de cet ERP, il n’y avait pas réellement d’existant autour des usages de la data chez Foncia. Mon rôle a donc été de mettre en place cette stratégie de valorisation des données chez Foncia. Je suis rattaché à la direction innovation et digitale de Foncia, et je constitue actuellement une équipe qui va répondre aux problématiques d’automatisation des tâches à faible valeur ajoutée et de valorisation des données aujourd’hui inexploitées. J’ai dans ce cadre pu recruter une équipe de data scientists, data analysts et de développeurs.

Aujourd’hui, quel rôle joue la data au sein de l’organisation ? (Cas d’usages RH, marketing, Finance ?...)

Comme je vous l’expliquais précédemment, le virage digital opéré par Foncia et la volonté de mettre la data au cœur de cette transformation a débuté il y a 4 ans avec l’arrivée de Philippe Salle à la tête du Groupe et la création du nouvel ERP. Aujourd’hui, nous sommes en phase de mise en application de cette stratégie. 

Nous avons tendance à considérer, à tort, que les métiers de l’administration de biens comme n’étant pas compatibles avec les sujets d’analyse de données, car ce sont des métiers très techniques avec un volet juridique très conséquent. Or, ces métiers restent néanmoins   des métiers de gestion, c’est-à-dire une activité commune à beaucoup de secteurs d’activité. 

La satisfaction client est primordiale et les gestionnaires sont systématiquement confrontés à beaucoup de sollicitations les incitant à effectuer de nombreuses tâches similaires : factures fournisseurs des clients, appels téléphoniques, mails etc. Dans ce cadre, nous avons identifié deux grands axes permettant de concrètement mettre en place cette feuille de route de valorisation des données :

Pour mener à bien ces projets, le contact permanent et les échanges avec les métiers sont essentiels. Le secteur de l’immobilier étant un secteur complexe et très technique, notamment sur le plan juridique et comptable, leur connaissance est indispensable pour bâtir des outils adaptés. 

La communication avec eux est simple et s’inscrit totalement dans la suite de la construction de l’ERP qui a été réalisée avec eux. 

Comment digitaliser l’immobilier par la data ? Quels cas d’usages pour améliorer l’expérience client, les services proposés ?

Les syndics ont souvent mauvaise réputation, or chez Foncia, trois mots guident nos métiers au quotidien : plus de transparence, plus de réactivité et plus d’expertise. Cela va passer par une interaction plus simple avec les clients grâce à des outils digitaux, comme une application mobile.

Foncia accompagnant les Français dans plusieurs étapes de leur vie, que ce soit de la première location à l’achat d’une maison familiale, nos clients se situent dans toutes les catégories d’âges. L’appétence aux outils numériques n’est pas forcément la même selon les âges et nous devons tenir compte de cela en proposant des outils adaptés. Aujourd’hui, notre priorité est de mettre l’accent sur l’expérience client.

 L’un des premiers cas concrets sur lequel nous avons commencé à travailler est l’appréciation du niveau d’urgence des demandes effectuées sur l’application MyFoncia. En effet, la demande d’un client pour un accompagnement sur la gestion d’une fuite d’eau n’a pas le même niveau d’urgence que celle d’un autre client qui souhaite obtenir un document de notre part. La lecture automatique de ces demandes va nous permettre de répondre au mieux, et plus vite, selon les niveaux d’urgence et donc améliorer l’expérience client. Ce cas d’usage est très classique, mais cela peut rapidement apporter des résultats.

Comment imaginez-vous le monde immobilier de demain ?

À mon sens, il y a deux aspects qui viendront transformer le métier de la gestion de bien. 

La digitalisation et les objets connectés. 

Sur l’aspect digitalisation, nous allons de moins en moins avoir recours au papier. Cela nous permettra d’être plus réactif, de fournir toutes les informations nécessaires dans des applications mobiles et d’assurer la plus grande transparence possible. Cela touche tous les secteurs. 

Deuxièmement, les objets connectés sont extrêmement intéressants pour le monde immobilier : le bâtiment connecté pourrait avoir une énorme plus value. Plus concrètement, dans une copropriété, nous pourrions imaginer installer des objets connectés qui pourraient monitorer les consommations de fluides ou encore garantir une meilleure sécurité pour les copropriétaires.

Si nous étions capables de détecter instantanément qu’un ascenseur est défectueux, ou si la lumière ne fonctionne plus, nous pourrions alors intervenir plus rapidement et donc améliorer le quotidien des copropriétaires.

Vos conseils pour les Data guys & gals ?

Tout d’abord, il est nécessaire de bien comprendre le besoin des métiers. Pour cela, créer un lien fort avec le métier est primordial pour aller au bout des choses et que celles-ci aient un sens. Une fois le contexte bien compris, il ne faut pas avoir peur de mieux connaître les données à disposition en regardant soi-même des centaines d’exemples : la connaissance intime des données est primordiale.

 Deuxièmement, les Data Scientists doivent penser “métier” dans l’approche qu’ils peuvent avoir d’un problème. Aujourd’hui, les outils qui permettent de créer des modèles prédictifs sont nombreux. Ce qui va faire la plus-value d’un data scientist est sa compréhension du métier.

Le data scientist doit tout d’abord se demander quelle est à date la solution apportée par le métier. Il peut ensuite rationaliser ces règles métiers via l’analyse statistique poussée, puis aller chercher des gains supplémentaires avec des technologies plus poussées comme le Machine Learning ou le Deep Learning uniquement lorsque cela a du sens.

A propos de l'invité
florent seine

Diplômé de l’Ecole des Mines de Paris, Florent commence sa carrière chez Ekimetrics, en tant que Consultant Business&Data.

 En 2016, il rejoint Shift Technology qu’il accompagnera du statut de jeune start-up à celui de licorne. Il occupera alors successivement les postes de Data Scientist, Lead Data Scientist puis Data Science Manager EMEA, responsable d’une équipe d’une trentaine de Data Scientists. 

Plus récemment, il rejoint Foncia, une entreprise en pleine digitalisation, pour lancer les activités Data au sein du Leader Européen de l’administration de biens